Les gardiens du temple sacré

 

Thierry Vigneron (TONBO Films), Producteur, Réalisateur, Co-scénariste

Né à Okinawa, le petit Titi passe l’essentiel de son enfance au pays du Soleil Levant où la découverte du premier Godzilla lui imprime durablement la rétine. Jamais plus il ne quittera l’univers des kaiju et à son retour en Europe au début de ses études au Conservatoire de Mantes-la-Jolie (option bombardon), il caresse déjà ses copines de promo et le rêve de produire un jour de telles histoires en France.

Basculant vers le monde cinématographique, il poursuit ses études à l’école Robert Thomas dont la réputation n’est plus à faire et en sort major de promotion avec la plus haute moyenne jamais obtenue par un étudiant roux. Après un stage dans les locaux de TV Perù et une incarcération de deux ans à Caracas, Thierry est de retour en France et crée sa société de production au nom nippon : Tonbo.

Menant sa barque entre documentaires et fictions, le tournant majeur arrive un soir de novembre 2013. Abruti par un mélange de whisky de supermarché et d’antalgiques pour chevaux, une idée prend forme de la plus insistante des manières : Atomic Panda vs Killer Coccinelles était née. Tout à son état comateux, Thierry n’en eut pas moins deux certitudes : cette série devait se faire et il allait avoir besoin d’être épaulé.


Arthur Beaudoin, Co-scénariste

Scénariste et zoologue, Arthur Beaudoin est né dans les Vosges, comme son nom ne l’indique pas. En revanche, ce que Thierry savait, c’est que Arthur est un nom d’origine celtique à la racine controversée parfois affiliée au gallois arth ou au breton arzh, signifiant « ours » qui associé à sa partie latinisée artorius, de rix (le roi) permet d’en tirer la signification complète : « le roi ours. »

En fallait-il plus pour le convier à contribuer à l’histoire du panda géant ? Thierry ne le pense pas et pourtant, il sut faire d’une pierre deux coups en appelant Arthur, qui outre une verve très personnelle, bénéficie également de précieuses connaissances zoologiques acquises au cours de ses douze années passées au Zoo de Plouniac-sur-Frouteuse.

Arthur a également été l’heureux propriétaire d’un phasme durant plusieurs années et c’est non sans nostalgie qu’il a fondé une bonne part de la personnalité des coccinelles de la série sur celle de son ancien compagnon.